lisa dégardin avocate interview
Lisa Dégardin jouant au football, Villeneuve d’Ascq Football Féminin (en blanc).

Lisa Dégardin a commencé le football au collège. Avec sa sœur jumelle, elle s’inscrit dans un club de football, d’abord mixte puis féminin. A cette époque, Lisa Dégardin s’entraine dans plusieurs clubs, 3 fois par semaine nous dit-elle, lors de la présaison et de la trêve hivernale.

Après le sport, pourquoi la profession d’avocat ?

Après son baccalauréat, Lisa Dégardin s’oriente vers des études en commerce et marketing. Au début, nous confie-t-elle, elle voyait le droit comme une profession très rigoureuse, peut être un peu trop sérieuse, où l’amusement n’avait pas sa place.

C’est par la suite, quand j’ai regardé un documentaire Arte sur la profession d’avocat, se souvient-elle encore d’une voix amusée, que la profession d’avocate a commencé à susciter chez moi un vif intérêt.

Elle s’inscrit en faculté de droit, où elle a des professeurs avocats qui lui confirment sa vocation.

Si je voulais reprendre le football, ça serait pour aller le plus loin possible, pour m’investir vraiment à 100%. 

Lisa Dégardin a dû arrêter sa carrière sportive, car, avec un job étudiant à la clé, et surtout ses études de droit, son emploi du temps était alors beaucoup trop chargé. C’est dans ces termes-là maintenant qu’elle évoque sa passion. Comme dans le domaine du droit, quand elle s’investit dans quelque chose, c’est à fond !

« Etre avocat ? C’est devenu une évidence ! »

Mais l’élément déclencheur qui vous a vraiment fait réaliser qu’être avocat, c’est votre vocation ? Lisa Dégardin assiste à de nombreux procès, au tribunal correctionnel. L’élément déclic ? Un procès en Cour d’assises. Frank Berton, qui plaidait pour un homme accusé de plusieurs viols, à première vue indéfendable. C’est son talent et sa verbe qui l’ont convaincu.

Outre cela, Lisa Dégardin évoque une figure, Philippe Lefevre, qui l’a énormément inspiré.

C’est mon premier et unique patron Philippe Lefevre qui m’a donné le goût du droit du sport que j’ai aujourd’hui.

LISA DÉGARDIN.

Mais y a-t-il une différence entre avocat mandataire sportif et avocat en droit du sport ?

Oui, selon Lisa Dégardin, il faut savoir distinguer les deux.

Il faut distinguer la profession d’avocat en droit du sport et la profession d’avocat mandataire sportif, deux choses différentes. L’avocat en droit du sport va défendre tout litige en lien avec le milieu du sport. L’avocat mandataire sportif représente le sportif dans l’optique d’une signature de contrat avec un club ou lors d’un changement de club. Son rôle est donc essentiellement représentatif.

En droit du sport, ce qui est dommage est qu’on n’a pas beaucoup de prérogatives et qu’on ne peut par nous-mêmes démarcher les clubs de football.

LISA DÉGARDIN, AVOCAT EN DROIT DU SPORT, BARREAU DE LILLE.

Pour cette raison-là, le cabinet de Lisa Dégardin, situé à Lille, dont la devise est « Exigence, Engagement et Réactivité » travaille en étroite collaboration avec un agent sportif, ayant passé l’examen très sélectif de la Fédération Sportive Française de football, Youssef Oubaïd qui s’occupe de démarcher les clubs de football pour son cabinet d’avocats.

Avocate, quelles valeurs du sport souhaitez-vous transmettre ?

Oui, le football a énormément influencé la jeune avocate de 29 ans, qui a par ailleurs gagné le concours d’éloquence « Avocats Demain », organisé par l’association des élèves de l’IXAD Ecole des avocats du Nord Ouest en 2019.

Un procès, quelque part, c’est comme un match de football, même si bien sûr l’enjeu est tout autre. Il s’agit de bien anticiper les actions de l’adversaire et de bien représenter le client. Entre nous, confrères, il y a souvent un rapport de solidarité. Donc, pour moi, les valeurs du football et que je retrouve aussi dans ma profession d’avocat sont : le sens de l’excellence, la combativité pour son client et surtout, le fait de rester humble.

LISA DÉGARDIN, AVOCATE AU BARREAU DE LILLE.

Le sens de l’excellence, la combativité pour son client, le fait de rester humble : les qualités, finalement qui font un bon avocat. Lisa Dégardin en parle, la voix vibrante de passion. Oui, sa carrière de sportive lui manque mais elle a réussi à en transmettre les valeurs dans le métier d’avocat.

Avez-vous un mot à faire passer à vos confrères avocats ?

Le métier d’avocat est la plus belle des professions. C’est une profession qui dévore, très prenante. On fait de belles rencontres, surtout en droit pénal, que ce soit au niveau des confrères ou des clients. Un lien de confiance s’instaure avec le client. 

LISA DÉGARDIN, AVOCATE AU BARREAU DE LILLE.

Sur Maitrise, nous interviewons des avocats, pour en savoir plus sur leur parcours, le choix de leur profession et leurs valeurs. Découvrez nos interviews exclusifs Maitrise mettant en scène plusieurs portraits d’avocats.