Quelques romans ?

Ces trois romans, très différents les uns des autres, ont tous un lien avec le droit, mais abordé différemment. Trois visions de la justice, présentée avec ses défauts, trois livres qui vous feront voir le droit d’un autre œil. Ces livres permettent au lecteur de se glisser dans la peau d’une enfant, d’une juriste ou d’un justiciable, perdu face à la complexité du monde judiciaire.

  • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de Harper Lee

“Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur”, grand classique de la littérature américaine raconte comment, dans les années 1930, un avocat blanc va défendre un Noir injustement accusé d’agression sur une Blanche. L’histoire est racontée par la fille de cet avocat, Scout, qui a entre 6 et 10 ans au moment des faits.

  • De l’avocation à l’avocature, d’Aurore Boyard

Dans ce roman léger et facile à lire, une jeune avocate raconte sa vie de collaboratrice. Sont évoquées les difficultés du métier et nul doute que vous serez nombreux à vous reconnaître. En effet, il n’est pas évident de se tenir au secret professionnel, de gérer les médias, ou de s’entendre avec les autres avocats !

  • Le procès, de Franz Kafka

Roman inachevé qui parle d’un homme traîné devant les tribunaux, et ignorant pourquoi. Innocent, il se retrouve face à l’absurdité d’une justice qu’il ne comprend pas. Joseph K., le héros va donc se retrouver dans une situation kafkaïenne, oppressante et cauchemardesque.

Bon à savoir :

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, De l’avocation à l’avocature et Le procès traitent tous les trois de la justice.

Des affaires inspirantes ?

Lire des plaidoiries peut inspirer les avocats, etc. Si vous ne manquez pas d’inspiration, découvrir des affaires criminelles vous permettra sûrement d’apprendre de nouvelles choses !

  • Les grandes plaidoiries des ténors du barreau, de Matthieu Aron

Dans cet ouvrage, Matthieu Aron, chroniqueur judiciaire, a compilé des plaidoiries issues des grandes affaires du XXe siècle. Il replace le contexte, rappelle le verdict. Parmi les procès, sont évoquées l’affaire Papon, mais aussi celle de Traoré, les plaidoiries de Gisèle Halimi ou de Badinter (à l’origine des lois dépénalisant l’IVG et abolissant la peine de mort).

  • Les grandes affaires criminelles pour les Nuls, de Jacques Pradel

Ce livre ne met aucunes limites temporelles ou géographiques. Du premier crime connu de l’histoire de l’Humanité, à l’affaire du petit Grégory, en passant par les femmes tueuses, ou l’histoire de Martin Guerre, les plus grandes affaires criminelles sont retracées.

La créativité à la portée de tous ?

Que cela soit un texte qui analyse le pouvoir qui nous gouverne (sommes-nous des esclaves soumis à un pouvoir, ou sommes-nous prêts à être nos propres maîtres ?), ou un éclairage sur l’Histoire et la justice chinoise, quelques nourritures pour votre réflexion.

  • Le discours de la servitude volontaire, d’Étienne de La Boétie

Rédigé par Étienne de La Boétie alors qu’il avait à peine 18 ans, cet essai apporte des éléments de réponse à la question suivante : pourquoi des milliers de personnes se soumettent-elles à la volonté d’un seul individu ? L’habitude, la manipulation et l’intérêt sont trois justifications avancées par La Boétie pour expliquer cet état de servitude volontaire.

  • Affaires résolues à l’ombre du poirier, de Robert van Gulik

Saviez-vous que la Chine ancienne avait un système judiciaire très élaboré ? Ce manuel était aux juristes ce que l’Art de la Guerre est aux soldats : LE livre de référence. 144 histoires criminelles se succèdent, plus étranges les unes que les autres.

  • Le déclic créatif de Yaron Herman

Le pianiste de jazz Yaron Herman nous aide dans cet ouvrage a entrer en relation avec son potentiel créatif, grâce à une méthode et des astuces faciles et concrètes.

Bon à savoir :

La Chine ancienne avait un système judiciaire très élaboré.

Vous avez dit science fiction ?

Ces deux romans, très connus, sont dystopiques. Vous les avez peut-être déjà lus, mais se replonger dedans permet de réaliser que la fiction n’est jamais très loin de la réalité surtout après ces 18 mois de crise sanitaire.

  • 1984, de Georges Orwell

1984, un livre qu’on ne présente plus. Dans cette dystopie, l’histoire est falsifiée, la délation et la surveillance règnent en maître, un véritable contrôle social est organisé sur les populations. Beaucoup voient en Orwell un devin qui a réussi à prédire nos sociétés actuelles. Est-ce le cas ?

  • Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

À quelle température brûle le papier ? 451° F selon son auteur. Dans ce roman, les pompiers allument des incendies au lieu de les éteindre. Si le savoir, c’est le pouvoir, il est mieux, pour contrôler les masses, de n’avoir aucun livre à leur donner. Le héros va un jour lire un livre – la Bible – et commencer à remettre en question toute son existence.

Points clés à retenir :
  • Lisez des affaires pour vous inspirer !
  • Vous vous identifierez aux personnages.

Pour se distraire ?

Parce que toutes les lectures d’un avocat n’ont pas besoin d’être sérieuses…

  • Les plus belles perles des tribunaux, de Dominique Many

Ce livre est une réelle compilation des plus belles perles entendues dans les tribunaux depuis 18 ans. Au programme : anecdotes, lapsus, mauvaise foi, maladresses… Chacun en prend pour son grade; les accusés, les magistrats, les policiers, et les avocats. Pourquoi faut-il le lire ? Livre léger et plein d’humour, il reste dans le milieu du droit mais présente ce monde d’une manière différente.

Pour vos enfants ?

Et si vous voulez inspirer vos enfants, nous vous conseillons le premier roman pour enfants de Jennifer Richard : Le concours d’éloquence : Timothée Pacap.

Bon à savoir :

Une lecture à recommander à vos confrères avocats ? N’hésitez pas à nous contacter nous ajouterons votre suggestion a cette liste