La robe a-t-elle un sexe ?

Jeudi 17 mars 2022, nous avons organisé notre première rencontre entre avocates membres et non-membres du réseau Justifit.

Lors de ce dîner dans un restaurant parisien, les avocates ont eu le plaisir d’écouter l’intervention de Maître Valérie Duez-Ruff, avocate au barreau de Paris et de Madrid, et également créatrice de Moms à la Barre.

Ce fut également l’occasion de faire la connaissance de Maître Sandy Mockel, vice-présidente de l’ACE. Elles ont pu, toutes ensemble, et dans un cadre chaleureux autour d’un repas savoureux, échanger sur leurs joies et problématiques liées à la profession d’avocat.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon Avocat

avocat conférence

valérie duez ruff avocate

avocates conférence

salon avocates

Nous retenons quelques points de l’intervention de Maître Duez-Ruff.

La robe gomme-t-elle toutes les inégalités ?

Nous constatons que le genre, pour certains emplois, relève de la normalité : la boulangère, la couturière ou encore la femme de ménage. Cependant, dès que nous montons dans les catégories SCP +, le genre est beaucoup moins employé (un médecin, un avocat, etc…).

Et le titre d’avocat ?

Nombreuses ne se sentent légitimes de s’appeler « avocate » qu’au bout d’un certain nombre d’années de carrière et utilisent « avocat » dans leurs premières années afin d’imposer le respect.

En effet, un récent sondage Justifit (de mars 2022) montre que 65 % des femmes avocates trouvent plus juste de se faire appeler “avocat” que “avocate ».

La profession est-elle rétrograde ?

Quelques chiffres qui parlent d’eux-mêmes…

30% des femmes quittent la profession après 6 années de pratique et 85% des femmes estiment que la maternité est un frein dans leur carrière« . Pour preuve, dans un récent article de Libération*, deux avocates ont livré un témoignage sur des discriminations subies au retour de leurs congés maternité.

3/4 des avocates en France ont déjà ressenti une forme de harcèlement.

Faut-il raccrocher la robe pour être heureux ?

Les raisons qui poussent les avocates à raccrocher la robe sont nombreuses :

  • le sacrifice (charge de travail trop importante),
  • la vie personnelle inexistante,
  • l’épuisement récurrent,
  • la démesure des égos.
A noter:

À noter qu’il existe une commission accompagnant les avocats victimes de harcèlement et de discrimination mais peu d’avocats sont au courant. Il s’agit de la COMHADIS.

Enfin, Maître Duez-Ruff a livré aux participantes à cet événement plusieurs méthodes précieuses permettant de mieux gérer sa productivité et la gestion de son temps. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre l’attache de l’intervenante.

 

valerie duez ruff avocate

Vous souhaitez rejoindre le Cercle Olga ?

Pas d’adhésion requise, contactez-nous à l’adresse suivante et dites et nous vous communiquerons par mail les prochains rendez-vous !

*https://www.liberation.fr/