La robe a-t-elle un sexe ?

Jeudi 17 mars 2022, nous avons organisé notre première rencontre entre avocates membres et non-membres du réseau Justifit.

Lors de ce dîner dans un restaurant parisien, les avocates ont eu le plaisir d’écouter l’intervention de Maître Valérie Duez-Ruff, avocate au barreau de Paris et de Madrid, et également créatrice de Moms à la Barre.

Ce fut également l’occasion de faire la connaissance de Maître Sandy Mockel, vice-présidente de l’ACE. Elles ont pu, toutes ensemble, et dans un cadre chaleureux autour d’un repas savoureux, échanger sur leurs joies et problématiques liées à la profession d’avocat.

avocat conférence

valérie duez ruff avocate

avocates conférence

salon avocates

Nous retenons quelques points de l’intervention de Maître Duez-Ruff.

La robe gomme-t-elle toutes les inégalités ?

Nous constatons que le genre, pour certains emplois, relève de la normalité : la boulangère, la couturière ou encore la femme de ménage. Cependant, dès que nous montons dans les catégories SCP +, le genre est beaucoup moins employé (un médecin, un avocat, etc…).

Et le titre d’avocat ?

Nombreuses ne se sentent légitimes de s’appeler « avocate » qu’au bout d’un certain nombre d’années de carrière et utilisent « avocat » dans leurs premières années afin d’imposer le respect.

En effet, un récent sondage Justifit (de mars 2022) montre que 65 % des femmes avocates trouvent plus juste de se faire appeler “avocat” que “avocate ».

La profession est-elle rétrograde ?

Quelques chiffres qui parlent d’eux-mêmes…

30% des femmes quittent la profession après 6 années de pratique et 85% des femmes estiment que la maternité est un frein dans leur carrière« . Pour preuve, dans un récent article de Libération*, deux avocates ont livré un témoignage sur des discriminations subies au retour de leurs congés maternité.

3/4 des avocates en France ont déjà ressenti une forme de harcèlement.

Faut-il raccrocher la robe pour être heureux ?

Les raisons qui poussent les avocates à raccrocher la robe sont nombreuses :

  • le sacrifice (charge de travail trop importante),
  • la vie personnelle inexistante,
  • l’épuisement récurrent,
  • la démesure des égos.
A noter:

À noter qu’il existe une commission accompagnant les avocats victimes de harcèlement et de discrimination mais peu d’avocats sont au courant. Il s’agit de la COMHADIS.

Enfin, Maître Duez-Ruff a livré aux participantes à cet événement plusieurs méthodes précieuses permettant de mieux gérer sa productivité et la gestion de son temps. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre l’attache de l’intervenante.

 

valerie duez ruff avocate

Vous souhaitez rejoindre le Cercle Olga ?

Pas d’adhésion requise, contactez-nous à l’adresse suivante et dites et nous vous communiquerons par mail les prochains rendez-vous !

*https://www.liberation.fr/