Le droit au logement est un droit à valeur constitutionnel qui vise à garantir à tout individu le droit d’avoir un toit. Sa mise en application effective date de la loi de 2007 sur le droit opposable au logement. Pour traiter vos litiges en la matière, le plus adapté est de faire appel à un avocat en droit administratif et Public.

Droit au logement : ce que disent les textes juridiques

Le droit au logement désigne le droit des individus à avoir accès à un logement. Il s’agit d’un droit fondamental à valeur constitutionnelle découlant en filigrane du préambule de la Constitution de 1946 :

« La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs ».

Le droit au logement est évoqué dans la loi Quilliot de 1982, laquelle énonce que « le droit à l’habitat est un droit fondamental », puis dans deux autres lois en 1989 (loi Mermaz) et 1990 (loi Besson). Malgré ces lois, le droit au logement est resté inappliqué, en l’absence d’un caractère contraignant.

Le droit au logement est rappelé dans une décision du Conseil constitutionnel de 1995 : « La possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle ».  La loi SRU sur les logements sociaux de 2000 invoque quant à elle le concept de « logement décent ».

Droit au logement opposable (DALO) : définition

Un droit opposable est un droit qui peut être « opposé » à l’autorité en charge de le faire appliquer. Concrètement, une personne qui estime que ce droit n’est pas appliqué est en droit de saisir les tribunaux pour faire condamner l’autorité en charge de faire respecter ce droit.

Le concept de « droit opposable au logement » est apparu au début des années 2000. Les promoteurs du droit au logement opposable partaient d’un constat : l’inapplication dans la réalité du droit au logement.

Le droit au logement opposable signifie qu’une personne sans domicile est en droit d’exiger auprès des autorités l’application du droit constitutionnel au logement. Le droit au logement opposable permet de faire valoir son droit au logementLe droit au logement opposable est entré en application en 2007 et s’est étendu en 2012. Ce droit ne concerne cependant pas toutes les personnes.

Droit au logement opposable (DALO) : la procédure

Le droit au logement peut être opposable :

  • Par les personnes sans domicile.
  • Par les demandeurs de logement social qui, après un délai anormalement long, n’ont toujours pas reçu de proposition pour un logement adapté.
  • Par les personnes sous la menace d’une expulsion et sans possibilité de relogement.
  • Par les personnes hébergées dans un hôtel ou dans toute autre structure d’hébergement depuis au moins 6 mois.
  • Par les personnes vivant dans des logements dangereux ou insalubres.
  • Par les personnes vivant dans des logements indécents et ayant un enfant mineur ou une personne handicapée à charge.

Si vous êtes dans l’une de ces situations et que vous souhaitez faire valoir votre droit au logement opposable, vous devez commencer par saisir une commission de médiation. Pour pouvoir saisir la commission, vous devez : être de nationalité française ou disposer d’un titre de séjour, être dans l’incapacité matérielle de trouver un logement décent et répondre aux conditions d’accès aux logement sociaux.

Pour saisir la commission, vous devez remplir le formulaire cerfa n°15036*01, disponible en préfecture ou téléchargeable à cette adresse : https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_15036.do

Vous devez joindre au formulaire toutes les pièces justificatives précisées dans la notice. Il existe une commission par département. Vous pouvez obtenir l’adresse de celle dont vous dépendez auprès de la préfecture. Suite à l’envoi de votre dossier, vous recevrez un accusé de réception.

Bon à savoir :
Pour cette procédure, vous pouvez vous faire assister par un travailleur social ou une association compétente en matière de droit au logement.

La commission s’appuie sur plusieurs critères pour décider si votre demande est prioritaire ou non. Elle dispose de 3 mois pour donner sa réponse (6 mois en Ile de France). Deux possibilités :

  • La commission accepte votre demande.
  • La commission refuse votre demande.

En cas d’acceptation, le préfet dispose de 3 mois ou de 6 mois (en Ile de France) pour vous faire des propositions de logement social. Si vous ne recevez aucune réponse dans ces délais ou que les propositions de logement sont inadaptées, vous êtes en droit de saisir le tribunal administratif.

Bon à savoir :
Vous disposez de 4 mois pour exercer un recours devant le tribunal administratif. Le tribunal administratif dispose ensuite d’un délai de 2 mois pour se prononcer.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon Avocat
Partager :