Au 21ème siècle, les réseaux sociaux occupent une grande place dans la vie quotidienne. Facebook, Instagram, twitter, snapchat, twitch… sont devenus des outils accessibles à tous, qu’il s’agisse des enfants ou des adultes. Face à la domination de l’univers virtuel, les utilisateurs vivent une réelle dépendance en la matière. Parallèlement, un nombre croissant d’internautes enfreint les règles d’utilisation en matière de publication. Pour cette raison, les géants des réseaux sociaux ont établi un système de bannissement en cas d’abus de manipulation de la part des abonnés. Toutefois, qu’en est-il réellement des limites à ne pas dépasser pour ne pas se faire bannir de ces plateformes ? Autrement dit, jusqu’où faut-il aller pour être banni des réseaux sociaux ?

Besoin d’avoir des réponses précises à cette question ? Consultez un avocat en droit numérique pour vous renseigner sur les conditions d’utilisation des réseaux sociaux. Sinon, voici quelques informations à retenir au sujet des limites des réseaux sociaux.

Alt="Jusqu’où faut-il aller pour être banni des réseaux sociaux ?"

 

Quelles sont les erreurs à éviter pour ne pas être banni des réseaux sociaux ?

Au fur et à mesure que les utilisateurs s’adaptent aux outils révolutionnaires des réseaux sociaux, nombre d’entre eux commencent à faire des erreurs de manipulation. À titre d’indication, voici les mauvaises habitudes ou les fautes qu’il faut éviter à tout prix pour ne pas risquer d’être censuré par les réseaux sociaux, voire même d’être banni.

Se plaindre ouvertement de quelqu’un

Suite à la négligence d’un agent de la banque, vous souhaitez faire part de votre mécontentement sur une plateforme en ligne ? En pratique, vous en avez entièrement le droit. Toutefois, votre liberté d’expression s’arrête là où celle des autres commence. En effet, les réseaux ne donnent pas le droit à un utilisateur de pointer du doigt une autre personne ouvertement, peu importe ce que cette dernière a fait. Il s’agit d’un agissement qualifié de diffamation.

Facebook, Twitter et les autres plateformes similaires ont pour but de faciliter la communication à travers le monde. De ce fait, toutes publications ayant un caractère de mécontentement envers une personne définie y sont formellement interdites.

En revanche, vous avez le droit de signaler les modérateurs des réseaux sociaux lorsque votre nom apparaît dans une publication indésirable.

Publier une photo de quelqu’un sans son autorisation

Les photos sans autorisation affectent le droit à l’image de la personne concernée et le droit d’auteur du photographe en même temps. Avant de publier une photo que vous avez trouvée amusante sur les réseaux sociaux, prenez le temps de demander l’autorisation des propriétaires ou des personnes concernées afin d’éviter tout problème ultérieur.

Toutefois, les internautes peuvent publier des photos de paysage, de modèles…. à condition de mentionner la source ou le nom du photographe qui les a prises. Le non-respect de cette règle constitue une infraction au Code de la propriété intellectuelle et met en jeu la responsabilité de l’auteur de la publication.

Taguer une personne dans une publication embarrassante

Le « tag » est un moyen rapide d’informer ses amis sur tout ce qui se passe sur les réseaux. Ce mot est anglais et signifie « marquer ». Toutefois, il se traduit par « identifier » pour les internautes francophones. Bien qu’il semble amusant d’identifier vos proches partout, les propos en question peuvent parfois nuire à leur image. Le cas échéant, ils ont le droit de signaler vos agissements aux modérateurs du réseau. Il existe des sanctions prévues à cet effet dans la rubrique des publications humiliantes.

Publier des blagues douteuses

Les réseaux sociaux ne donnent pas une définition précise des blagues qualifiées de douteuses. Chaque modérateur est ainsi libre de juger la place de chaque blague et l’intention de l’internaute en la publiant. Au cas où la blague est jugée trop salée, le modérateur est en mesure de priver l’internaute de certaines fonctionnalités pendant un délai d’une semaine à trois mois. Les blagues racistes ou sexistes publiées sous forme de sarcasme font également l’objet de filtre. De même, les incitations à la haine à l’encontre d’une catégorie précise de personnes ou d’une seule personne sont aussi censurées. De ce fait, avant de publier des propos sarcastiques, assurez-vous que le contenu de votre publication fasse rire tout le monde.

Insulter ou attaquer quelqu’un

Les insultes sont des propos qui s’adressent à une personne directement. Un internaute a le droit de se plaindre suite à une insulte ou à une menace à son encontre en public ou en privé sur les réseaux sociaux. L’insulte en question peut être des gros mots, des propos irrespectueux… En effet, lorsque vous vous faites insulter sur Internet, les autorités compétentes considèrent que la personne s’est adressée à vous en face à face. L’auteur de ce fait risque alors de payer une amende allant jusqu’à 25 000 euros à la victime, en plus de 6 mois d’emprisonnement. Pour couronner le tout, il risque d’être banni définitivement de la plateforme.

Quid du cas exceptionnel de Donald Trump?

Récemment, Donald Trump a fait l’objet d’une polémique à l’issue de son bannissement sur de nombreuses plateformes de réseaux sociaux telles que Facebook, Twitter, Instagram, Twitch… Si certaines personnes désapprouvent cette décision et la qualifient de « non-respect au droit à la liberté d’expression », d’autres l’approuvent et se rallient à l’avis des géants du numérique.

Les motifs du bannissement de Trump sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont banni l’ancien Président des États-Unis suite à une incitation à la violence proférée par celui-ci. La décision de bannissement était définitive depuis les événements survenus au Capitole. Toutefois, la liste des raisons du bannissement de Trump de ces plateformes sociales est longue, à commencer par les infractions aux règles générales d’utilisation.

Les restrictions sur l’affaire de Trump dans les réseaux sociaux

La majorité des réseaux sociaux ont proclamé le bannissement à durée indéterminée de Monsieur Trump de leur plateforme. Facebook cependant ne s’est pas contenté d’une légère censure et a proclamé le bannissement à vie de l’ancien Président de sa plateforme.

Le bannissement des réseaux sociaux est-il définitif?

En cas de manquement grave aux règles relatives à la politique d’utilisation, le bannissement sur les réseaux sociaux peut se faire à une durée déterminée. Toutefois, il arrive que certains internautes soient privés de leur compte pendant des mois après des avertissements. En cas de récidive, le bannissement devient définitif.

Certaines personnes n’acceptent pas la décision des plateformes et font appel à la justice pour résoudre leur cas. Ainsi, les réseaux sociaux évitent d’utiliser la notion de « bannissement à vie » et optent pour le terme « bannissement à durée indéterminée ». De cette manière, au cas où l’internaute obtient gain de cause, l’interdiction d’accès est tout simplement levée.