Particulier ou entreprise, aucun utilisateur de téléphone n’est à l’abri des piratages. Généralement, le hacker prend le contrôle de la ligne pour appeler un numéro international ou un numéro surtaxé. Cette forme d’escroquerie est indétectable sur le moment. Le consommateur s’en rend seulement compte une fois la facture de téléphone reçue. Vous aussi, vous êtes victime de ce genre d’arnaque ? Un avocat en droit numérique peut vous venir en aide. Découvrez quels sont les recours en cas de piratage de la ligne téléphonique.

Alt="Piratage de la ligne téléphonique : quels sont les recours ?"

Quel est le mode de piratage le plus utilisé ?

Actuellement, le hacker peut pirater aussi bien les téléphones fixes que mobiles. Pour ce faire, il recherche via le réseau internet les installations téléphoniques non sécurisées. Ensuite, il se connecte sur le standard téléphonique et trouve vos identifiants. Grâce à ces données, il effectue des appels vers les numéros surtaxés ou les numéros internationaux. Évidemment, le coût de ces appels pèsera sur votre facture de téléphone. Ces numéros surtaxés sont créés par le hacker lui-même. Ainsi, il sera le bénéficiaire des revenus générés.

Qui appeler en cas de piratage ?

Généralement, l’opérateur suspend la ligne lorsqu’il juge que votre montant hors forfait dépasse largement votre consommation quotidienne. Toutefois, vous aurez toujours à payer la facture. Si vous êtes victime de ce type d’arnaque, commencez par demander aux autres occupants de la maison s’ils ont effectué des appels. Ensuite, réclamez une facture détaillée de vos communications auprès de votre fournisseur. Enfin, déposez une plainte auprès de la gendarmerie ou du commissariat.

Suite à ces étapes, vous pourrez effectuer une réclamation au service client. Si malgré vos explications, l’opérateur réclame toujours le paiement de la facture, adressez-lui un récapitulatif de votre situation par lettre recommandée avec accusé de réception et faites-lui part du dépôt de plainte.

Si vous ne recevez aucune réponse satisfaisante dans les deux mois qui suivent la requête, faites appel au médiateur des communications électroniques. Ce négociateur indépendant dispose de 2 mois pour trouver un accord entre les deux parties. Par ailleurs, les victimes peuvent également demander de l’aide auprès des associations de consommateurs ou de la DDPP (Direction départementale de la Protection des populations) de votre localité.

Bon à savoir

Si le nombre d’abonnés victimes du piratage est élevé, l’opérateur effectue lui-même une déposition.

Les recours pour les entreprises victimes

De nombreuses entreprises sont victimes du piratage de la ligne téléphonique. Face à ce type de problème, l’entreprise victime du piratage est appelée à saisir le procureur de la République. Dans les 3 mois qui suivent la déposition, le procureur peut soit lancer une enquête préliminaire, soit céder l’affaire au juge d’instruction.

Bon à savoir:
Le procureur peut ne pas donner suite à la plainte. Pour éviter cela, rassemblez et présentez le maximum de preuves. Passez également par un huissier et un expert informatique.

Les bons gestes à adopter au quotidien

Certaines précautions permettent de réduire les risques d’attaque des hackers malveillants. En voici la liste :

  • Débranchez votre box et coupez votre connexion WiFi lorsque vous ne les utilisez pas ;
  • Imposez une limite de consommation auprès de votre opérateur ;
  • Utilisez un code d’accès WiFi complexe ;
  • Si vous n’appelez jamais de numéros internationaux, demandez à votre opérateur de les bloquer. Sinon, prescrivez un montant maximum facturable.

En conclusion, le piratage des lignes téléphoniques peut peser lourdement sur la facture téléphonique du ménage ou de l’entreprise. Pour limiter les dégâts, il est important de réagir rapidement.