Les crédits nous mènent la vie dure, entre prêt immobilier et crédit à la consommation, il n’est pas toujours évident d’honorer ses échéances. Voici quelques conseils pour essayer de garder la tête hors de l’eau…
Constat :
Le remboursements des crédits représentent une part importante dans le budget des Français, lorsqu’on y souscrit, nous fixons des taux et des échéances en fonction de notre situation présente, toutefois celle-ci peut se dégrader à tout moment suite à un problème professionnel ou encore personnel. Un divorce, ou encore un licenciement peut vous mettre dans une situation financière difficile.
En chiffres :
Un ménage sur deux a un crédit en France au 31 décembre 2015. Le crédit aux particuliers continue d’être en hausse avec +3,7 % sur 12 mois, +3,3% : c’est la croissance annuelle de l’encours des prêts immobiliers à fin juillet 2016, avec un encours de 886 milliards d’euros (stable par rapport à décembre 2015), 156 milliards d’euros, c’est l’encours des crédits à la consommation octroyés par les établissements de crédit aux ménages à fin juillet 2016 (+5,7% sur un an). En clair les ménages français sont friands des crédits bancaires, entre réelle nécessité et achat compulsif, certains s’endettent au risque de ne pas pouvoir assumer.
Les solutions :
Demander l’étalement de votre dette :
Lorsque vous souscrivez à un crédit modulable vous avez la possibilité de demander l’étalement de votre dette. Vous pouvez ainsi diminuer sans frais le montant de vos mensualités. Regardez quel est votre pourcentage de baisse autorisé, certains contrats autorisent jusqu’à 30% de baisse, par exemple : vous remboursez 1000€ habituellement vous pouvez descendre à 700 €. Si vous n’êtes pas concerné par le crédit modulable, contactez votre préteur et faites par écrit une demande d’étalement de vos remboursements (cette opération peut engendrer des frais supplémentaires).
Demander un « délai de grâce » :
Le tribunal de grande instance peut vous accorder un délai de grâce, cela consiste à demander de l’aide en cas de difficultés si votre prêteur fait la sourde oreille, cela n’engendre aucun frais supplémentaire et ne requiert même pas l’accompagnement d’un avocat dès lors que vous présentez un dossier complet.

Listez les aides adossées ou non à votre crédit :
Vous bénéficiez d’une sécurisation spécifique qui vous permet d’abaisser de moitié vos mensualités durant 12 mois si vous avez souscrit à un prêt à l’accession sociale (PAS) avant 2004. SI vous êtes salarié ou ex-salarié du secteur privé assujetti au versement de la PEEC (participation des employeurs à l’effort de construction), vous pouvez bénéficier d’une avance vous permettant de payer votre logement vous permettant de rembourser vos mensualités comme si de rien n’était et sans frais supplémentaires.
Le regroupement de crédit :
Avec le contexte actuel de taux d’intérêt très faible, regrouper ses crédits peut faciliter vos mensualités et parfois même vous fair économiser.
Saisir la commission de surendettement :
En dernier recourt, contactez la commission de surendettement la plus proche, elle devra décider en trois mois si votre dossier est recevable ou non. Le cas échéant, selon l’importance de vos difficultés financières, vous pourrez subir des mesures de redressement judiciaire.
Analysez votre environnement financier avant de contracter des crédits et assurez-vous que vous pourrez facilement payer vos échéances pour éviter toutes situations risquées.
Retrouvez l’ensemble de nos avocats spécialisés en droit du crédit et de la consommation