Le juge a rendu un verdict défavorable à votre encontre et vous n’êtes pas d’accord ? Sachez qu’il est possible de relancer l’affaire, pour que justice soit faite. En effet, vous êtes en droit de faire appel devant la Cour d’appel. Pour ce faire, il faut respecter un délai précis. Attention, une telle procédure peut s’étaler sur plusieurs mois. Vous avez besoin d’un avocat pour vous représenter lors de votre jugement en appel ? Il est important de choisir un avocat spécialisé dans le domaine concerné. Qu’est-ce qu’une procédure d’appel d’un jugement ? Comment marche une procédure d’appel ? Quels en sont les effets ? Et à quels risques s’expose-t-on quand on fait appel d’un jugement ?

Combien de temps pour un jugement en appel ?

 

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon Avocat

À RETENIR : En quoi consiste une procédure d’appel d’un jugement civil ou pénal ?

L’objectif est de relancer une affaire, après qu’un juge ait rendu un jugement. Cette procédure doit se faire dans un délai précisé par la loi. Un appel peut engendrer diverses conséquences et peut s’étaler sur une longue période.

Découvrez en cinq minutes tous les aspects d’une procédure d’appel.

Qu’est-ce qu’une procédure d’appel d’un jugement ?

Procédure d’appel d’un jugement – Définition

Faire appel d’un jugement consiste à rejuger une affaire pour laquelle une décision a déjà été rendue. L’affaire est ainsi examinée une seconde fois par d’autres juges et par un autre tribunal.

Toutefois, certains jugements cités dans la liste suivante ne sont pas susceptibles d’appel :

  • Jugement par le juge de proximité : les affaires prises en charge par le juge de proximité concernent les conflits avec un préjudice inférieur à 4 000 €.
  • Jugement par le tribunal judiciaire : dans le cas où le montant en jeu est inférieur à 4 000 €.
  • Jugement par le tribunal de police : lorsque la sanction pénale est minime et l’infraction de faible gravité.
À noter :
L’appel peut être effectué par toutes les parties prenantes au procès, mais dans un certain délai. L’appel est aussi bien possible en justice pénale que civile.

Points clés à retenir :

  • Une procédure d’appel permet de rejuger une affaire, après une première décision du juge.
  • Il existe trois cas où l’appel est impossible : décision d’un juge de proximité, du tribunal judiciaire ou du tribunal de police.

Comment marche une procédure d’appel d’un jugement du tribunal ?

Les parties au procès peuvent faire appel dans le cas où le jugement ne leur convient pas. Dans le cas d’une justice pénale, les parties pouvant faire appel sont la personne condamnée, la victime si elle s’est constituée partie civile et le procureur de la République.

En matière pénale

L’appel doit être demandé dans un délai de 10 jours à compter de la notification de la décision de justice. La notification intervient à la fin du procès si la partie est présente au procès. En revanche, la signification du jugement se fait par voie d’huissier si la partie est absente.

La personne souhaitant faire appel doit effectuer une déclaration auprès du greffe du tribunal ayant rendu la décision de première instance. La déclaration doit porter les mentions citées dans la liste suivante :

  • Nom et prénom de la personne qui fait l’appel ;
  • Nom, prénom et adresse de la partie adverse ;
  • Le jugement contesté ;
  • L’objet de la demande.
Bon à savoir :
La déclaration à déposer auprès du greffe du tribunal peut être rédigée par la partie elle-même ou par un avocat.

Points clés à retenir :

  • Les parties au procès peuvent faire appel d’une décision dans un délai de 10 jours.
  • La procédure d’appel se concrétise à l’aide d’une déclaration auprès du greffe du tribunal, qui a rendu la décision de première instance.

Quels sont les effets d’un appel ?

En cas d’appel, l’exécution de la peine est suspendue. Deux scénarios peuvent se produire après un appel :

  • Soit le jugement rendu en première instance est confirmé.
  • Soit il est annulé ou modifié.
Attention !
Le demandeur risque une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 € et le versement de dommages et intérêts à la partie adverse en cas de procédure d’appel abusive.

Pour contester une décision rendue en appel, il est nécessaire d’introduire un pourvoi en cassation. Toutefois, cela n’empêche pas l’exécution de la décision.

Points clés à retenir :

  • L’exécution d’une peine est suspendue durant une procédure d’appel.
  • L’appel peut déboucher sur la confirmation de la peine, son annulation ou sa modification.

Quels sont les risques de faire appel d’un jugement ?

Les deux parties peuvent faire appel dès lors que la décision de justice ne leur satisfait pas. Dans ce cas, l’intervention d’un avocat est généralement indispensable. Toutefois, avant de faire appel, il convient de savoir que la procédure peut durer plusieurs mois. Par ailleurs, il faut également faire face aux frais et honoraires d’appel. Il y a également un risque que la Cour d’appel rende une décision encore plus défavorable pour le demandeur.

Il est également nécessaire d’être bien conscient que l’appel peut être suspensif. Dans le cas d’un divorce, faire appel d’une décision de divorce signifie que les époux ne sont donc pas encore divorcés. Ils ne peuvent donc pas se remarier et restent soumis aux droits et obligations d’époux.

Toutefois, si vous ne faites pas d’appel, cela signifie que vous êtes d’accord avec la décision. Vous ne pouvez donc pas revenir là-dessus.

Points clés à retenir :

  • Une procédure d’appel peut durer plusieurs mois, avec les frais et honoraires que cela implique.
  • Un appel peut être considéré comme suspensif, ce qui engendre diverses conséquences.

En résumé, toutes les parties au procès peuvent faire appel si la décision de justice ne leur convient pas. L’appel doit être effectué dans un délai de 10 jours après la notification de la décision. L’affaire est alors examinée une seconde fois par la Cour d’appel. L’appel peut avoir pour effet de confirmer une seconde fois le jugement rendu en première instance, de l’annuler ou de le modifier.