Les compagnies aériennes pratiquent ce que l’on appelle le surbooking en vendant plus de place qu’il n’y en a réellement. Cela leur permet de faire face aux manque à gagner dans le cas où des passagers ne se présenterait pas. Mais quels sont vos droits face à cette pratique ? On vous dit tout ce qu’il faut savoir. 

Comment la compagnie décide-t-elle quels passagers ne pourront pas embarquer ?

Si le nombre de passager s’étant présenter pour embarquer est supérieur à la quantité de place disponible, la compagnie aérienne doit tout d’abord procéder à un appel au volontariat. Ainsi, il faut que certains passagers acceptent de ne pas embarquer dans ce vol. 

Si personne ne se propose, la compagnie est en mesure de refuser l’embarquement à des passagers, toutefois cela ne peut se faire qu’au moment de l’enregistrement. 

Les passagers privés d’embarquement sont-ils dédommagés ?

Oui, c’est justement pour cela que cette pratique reste légale : du moment que la compagnie aérienne dédommage le voyageur, alors elle peut pratiquer les surbooking. 

Concernant les personnes volontaires pour ne pas embarquer, la compagnie aérienne doit prendre en charge les frais du nouveau billet, de restauration, d’hébergement et doit également proposer une somme en guise de dédommagement.

Le passager qui se verrait refuser l’accès contre son gré bénéficiera des mêmes prises en charge et d’un dédommagement fixé entre 250 et 600€ en fonction de la distance parcourue.   

Retrouvez la liste de nos avocats intervenant en droit de la consommation