Pendant plus d’un an, un homme avait prétendu être avocat et donnait des consultations à Nancy. Problème : il n’a jamais prêté serment. 

Rappel des faits

Il avait ouvert son cabinet en 2016 en usant d’un stratagème ingénieux : il avait en effet usurpé l’identité d’une avocate portant le même nom de famille que lui et qui avait été radiée du barreau de Nancy six ans auparavant. 

Ainsi, entre juin 2016 et août 2017, il en était venu à « faire des actes qui relèvent de la profession d’avocat et à se présenter comme avocat », précise son avocate. « Il avait orchestré une apparence, lorsqu’il recevait des gens à son cabinet, il mettait une robe d’avocat et un macaron en évidence ». 

Pourquoi donc cette soudaine envie d’exercer en tant qu’avocat ? Son avocate explique qu’il se sentait « pris dans un engrenage. Il a toujours voulu exercer une profession juridique, notamment avocat, mais il avait un casier judiciaire, ce qui a été un frein. »

Un expert psychiatre a relevé que l’homme avait « une capacité à mentir et à se convaincre lui-même de certaines choses ».

Reconnu coupable d’exercice illégal de la profession d’avocat et escroqueries

La cour d’appel de Nancy a rendu son verdict : l’usurpateur a été reconnu coupable d’exercice illégal de la profession d’avocat et escroqueries et a été condamné à 5 ans de prison. Il a également été condamné à rembourser les honoraires versés par une dizaine de personnes et à verser un euro symbolique à l’ordre des avocats de Nancy, partie civile.