On dénombre aujourd’hui environ 130 000 divorces par an en France. Vous voulez entamer une procédure de divorce parce que vivre avec votre conjoint est devenu insupportable ? Quelle que soit la raison qui vous pousse à prendre cette décision, n’hésitez pas à consulter un avocat spécialisé en divorce. Il vous apportera un accompagnement personnalisé tout au long de la procédure. Quel est le nombre de couples divorcés en France ? Quelle est la procédure la plus courante ? Qui des deux conjoints est le plus souvent à l’origine du divorce ? Comment expliquer la séparation ? Combien de temps en moyenne dure le mariage chez les Français ?
Alt="Combien de couples divorcent en France et pourquoi"

À RETENIR : Quel est le nombre de couples divorcés en France ?

Le nombre de divorces prononcés chaque année en France est passé d’environ 130 000 à 62 300 en 2017. Cette baisse s’explique par l’entrée en vigueur du divorce par consentement mutuel sans juge la même année. Il s’agit de la procédure de divorce la plus courante, fréquemment pour cause d’infidélité. Chez les Français, le mariage se solde souvent par un divorce au cours de la 5ème année.

Avant d’engager une procédure de divorce, découvrez ici la procédure la plus simple.

Quel est le nombre de divorce en France ?

Le nombre de divorces varie d’une année à l’autre, mais en moyenne, ce sont près de 130 000 divorces qui sont prononcés chaque année. Voici la liste des chiffres clés du divorce en France :

  • L’on recense 1,8 mariage pour 1 divorce ;
  • Ces dernières années, le nombre de divorces a considérablement augmenté. À titre comparatif, il n’y a eu que 44 738 divorces en 1972. Le taux de divortialité est de 10 environ. C’est-à-dire que chaque année 10 couples mariés sur 1000 divorcent (= 1%) ;
  • Autre chiffre qui révèle l’importance du taux de divorce en France : près de 45% des mariages finissent par un divorce ;
  • Les hommes divorcés ont en moyenne 42 ans et les femmes divorcées 44 ans ;
  • Conséquence de cette tendance : plus de 1,6 million d’enfants vivent aujourd’hui dans des familles recomposées ;
  • En outre, plus de 600 000 personnes cohabitent avec les enfants de leur nouveau conjoint ;
  • Près de 8% des familles françaises sont des familles recomposées.

Cependant, ces chiffres datent d’avant 2017, mais surtout d’avant l’arrivée du divorce par consentement mutuel par la procédure extrajudiciaire. Pour rappel, en voici la définition :

« Le divorce par consentement mutuel est une procédure à l’amiable choisie par les époux qui s’entendent sur la rupture du mariage et ses conséquences. »

Une étude menée en 2019 a permis de démontrer une baisse du nombre de divorce car 90 600 divorces ont été prononcés par un juge en 2017. Une autre étude en 2020 confirme cette tendance, avec 62 300 divorces prononcés par un juge sur l’année 2018. Cette baisse continue est due au changement législatif sur le divorce par consentement mutuel, en vigueur au 1er Janvier 2017.

Remarque :
On constate également une baisse continue des mariages depuis 1990, car le nombre a diminué de 287 099 à 268 100 en 2006, et 233 915 en 2017.

Points clés à retenir :

  • 130 000 divorces en moyenne sont prononcés chaque année en France avant 2017.
  • Depuis l’entrée en vigueur du divorce par consentement mutuel, les chiffres baissent progressivement : 62 300 divorces prononcés par un juge en 2018.

Quelle procédure de divorce est la plus souvent utilisée ?

Rappelons que le divorce par consentement mutuel consiste à établir une convention entre les époux et leurs avocats. Ensuite, cette convention est enregistrée auprès d’un notaire, ce qui ne nécessite plus l’intervention du juge, sauf si un enfant mineur souhaite être entendu par celui-ci. Cette absence de jugement prononcé par le juge aux affaires familiales expliquerait la baisse constante du divorce depuis 2017. Le nombre de divorces par consentement mutuel enregistrés par un juge est quasiment réduit de moitié en 2017, et devient presque insignifiant en 2018, avec seulement 300 divorces contre 33 500 sur l’année précédente. Par conséquent, les ruptures d’union prononcées par le JAF sont réduites à 31%.
Par déduction, les Français ne divorcent pas moins, mais se tournent plutôt vers le divorce par consentement mutuel sans juge.
La liste suivante indique les taux pour chaque type de divorce :

  • Les divorces pour faute sont de moins en moins nombreux chaque année. S’ils étaient de 40% en 2000, ils ne sont plus qu’environ 6% aujourd’hui ;
  • La part du divorce à l’amiable représente environ 25% ;
  • Le divorce suite à une rupture de vie commune reste stable pour un taux compris entre 10 et 13% ;
  • Le divorce par consentement mutuel sans juge monte en flèche, car il représente 55,2% des divorces rien qu’au cours de la première année d’entrée en vigueur.
Bon à savoir :
La loi du 23 mars 2019 va apporter des changements conséquents concernant la procédure de divorce en France. Ces nouvelles dispositions légales sont appliquées depuis le 1er Septembre 2020, mais certaines n’entreront en vigueur qu’au 1er Janvier 2021 à cause de la crise sanitaire due au coronavirus. Les grandes modifications apportées par cette réforme sont la suppression de la phase de conciliation dans un divorce contentieux, la mise en place d’une nouvelle procédure de divorce accepté par acte sous seing privé, et le raccourcissement à 1 an du délai de cessation de vie commune pour reconnaître une altération définitive du lien conjugal.

Points clés à retenir :

  • La procédure de divorce la plus utilisée est le divorce par consentement mutuel sans juge.
  • À elle seule, cette procédure représente 55,2% des divorces dès son entrée en vigueur en 2017.

Qui demande le plus souvent le divorce ?

Ce sont les femmes qui demandent le plus souvent le divorce. Elles sont à l’origine de près de trois quarts des divorces contentieux.
Cette tendance marque une évolution sociétale considérable. Par le passé, les hommes prenaient l’initiative de la majorité des divorces, en partie parce que les femmes, sans activité professionnelle pour la plupart, dépendaient de leur mari.
Les informations listées ci-dessous concernent les femmes et le divorce :

  • Près de 70% des femmes qui divorcent exercent une activité professionnelle ;
  • Dans plus de 80% des cas, ce sont les femmes qui obtiennent la garde des enfants ;
  • Dans les deux tiers des cas, la résidence du ménage est attribuée à la femme.
Bon à savoir :
Une étude récente a démontré qu’au cours des dernières décennies, les hommes avaient le monopole de la décision de divorcer. Aujourd’hui, 75% des divorces sont à l’initiative des femmes.

Points clés à retenir :

  • Les femmes demandent le plus souvent le divorce.
  • La majorité exerce une activité professionnelle, obtient la garde des enfants et la résidence du ménage.

Quelles sont les causes d’un divorce ?

Voici une liste des principales causes du divorce (ces causes ne sont pas exclusives les unes des autres) :

  • L’infidélité, à l’origine d’un tiers des demandes de divorce ;
  • L’égoïsme du partenaire (c’est-à-dire le manque d’affection, de soutien, etc.), à l’origine de 22% des demandes de divorce ;
  • Le mauvais caractère, à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • Les comportements abusifs (jalousie notamment), à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • Les désaccords concernant l’avenir, les objectifs poursuivis (maison, enfants, animal domestique…), à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • L’incompatibilité, à l’origine de plus de 10% des demandes de divorce ;
  • L’argent et le travail (perte d’un emploi, dettes…), à l’origine de plus de 10% des demandes de divorce ;
  • Les beaux-parents, en cause dans un peu plus de 10% des demandes de divorce.
Bon à savoir :

Il existe 4 motifs pour divorcer en France. En voici la liste :

  • Le consentement mutuel des époux sur le divorce et ses conséquences ;
  • Leur accord sur le principe du divorce malgré les mésententes sur ses conséquences ;
  • L’altération définitive du lien conjugal ;
  • Une violation grave ou répétée des obligations et devoirs imposés par le mariage.

Points clés à retenir :

  • L’infidélité est la première cause de divorce en France.
  • Les autres causes sont l’égoïsme, le mauvais caractère, les comportements abusifs, les désaccords, l’incompatibilité, l’argent, le travail et l’implication des beaux-parents.

Quelle est la durée du mariage en France ?

On estime qu’un mariage sur deux ne dure pas plus de 9 ans en France, et que les couples mariés ont tendance à se séparer après 5 ans de mariage. La liste suivante démontre le nombre de divorces prononcés en 2017, pour 1 000 mariages, en fonction de la durée de l’union.

  • 1 an : 1,6 ;
  • 2 ans : 6,2 ;
  • 3 ans : 12,2 ;
  • 4 ans : 15,5 ;
  • 5 ans : 17,6 ;
  • 6 ans : 18,4 ;
  • 7 ans : 17,3 ;
  • 8 ans : 16,9 ;
  • 9 ans : 15,6 ;
  • 10 ans : 14,3 ;
  • 15 ans : 11,1 ;
  • 20 ans : 8,1.
À noter :
La durée moyenne d’un mariage en France est estimée à 15 ans.

Points clés à retenir :

  • En France, un mariage sur deux ne dure pas plus de 9 ans.
  • La majorité des couples divorcent après 5 ans de mariage.

La diminution du nombre de divorce ne signifie donc pas que les français sont de moins en moins attirés par le divorce. A contrario, les données chiffrées permettent d’interpréter que la baisse du taux de divortialité est due à une forte tendance pour le divorce par consentement mutuel sans juge, même si cet aspect n’est pas nécessairement démontré à travers les études.