Vous souhaitez divorcer de votre conjoint étranger ou disposant d’une double nationalité ? Vous vous demandez si le divorce à l’amiable est possible dans ce cas ? La procédure de divorce contentieux est généralement complexe et coûteuse. De plus, ce type de divorce est souvent difficile à vivre non seulement pour les époux, mais également pour les enfants. En effet, il suppose qu’il existe un conflit entre les conjoints. La législation française offre aux époux souhaitant rompre le mariage la possibilité de divorcer à l’amiable. Cette procédure est ouverte à tous. Néanmoins, la loi exige que chaque époux ait son propre avocat, idéalement spécialisé en droit de la famille. Comment divorcer à l’amiable d’un conjoint étranger ? Mariage à l’étranger et divorce en France : qu’en est-il de la procédure ? Comment divorcer à l’amiable d’un époux étranger ou disposant d’une double nationalité ?

Divorcer à l'amiable double nationalité ou époux étranger

À RETENIR : Comment divorcer à l’amiable d’un époux étranger ou disposant d’une double nationalité ?

Si le pays d’origine ou celui pour lequel l’un des époux a la nationalité accepte de transcrire un divorce par un acte notarié sur les registres d’état civil, le divorce sans juge peut être initié. Si le pays d’origine ou l’autre pays pour lequel l’un des conjoints a la nationalité n’accepte que la transcription du divorce matérialisé par un jugement, le divorce par consentement mutuel judiciaire est l’unique solution pour qu’il y soit opposable aux tiers.

Vous envisagez de divorcer à l’amiable de votre époux étranger ou ayant une double nationalité ? Les détails techniques de cette procédure ci-dessous peuvent vous être utiles.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon Avocat

Comment divorcer à l’amiable d’un conjoint étranger ?

Avant toute chose, il est important de connaitre la définition du divorce à l’amiable.

Le divorce à l’amiable, aussi appelé divorce par consentement mutuel, est un divorce au cours duquel les conjoints sont d’accord sur la séparation et sur ses effets.

Depuis le 1er janvier 2017, le divorce à l’amiable est déjudiciarisé. En effet, à moins qu’un enfant mineur des époux demande à être auditionné par le juge aux affaires familiales (JAF), il ne se passe pas au tribunal. Cette procédure est connue sous le nom de « divorce sans juge ».

Peut-on divorcer sans juge lorsque l’on est étranger ?

Le Code civil précise dans l’article 309 que le divorce est régi par la loi française si les époux ont leur domicile conjugal en France. Ainsi, les étrangers respectant cette condition peuvent divorcer sans juge. Toutefois, le problème se pose lorsque le pays d’origine refuse la transcription du divorce qui n’est pas matérialisé par un jugement sur les registres d’état civil. Dans ce cas de figure, le conjoint étranger garde son état matrimonial « marié » dans ce pays.

Divorce à l’amiable avec un époux étranger : quelle est la démarche ?

Si aucun de leurs enfants mineurs ne demande à être auditionné, les époux doivent suivre les étapes du divorce sans juge de cette liste pour rompre leur union à l’amiable :

  1. Choisir chacun un avocat.
  2. Les avocats des époux doivent rédiger la convention de divorce.
  3. L’avocat envoie le projet de convention à son client. Les conjoints disposent d’un délai de 15 jours à partir de la réception pour réfléchir.
  4. Après le délai de réflexion, les conjoints et les avocats signent la convention de divorce.
  5. L’un des avocats des époux dépose la convention au notaire au rang de minute.
  6. Les avocats demandent la mise à jour de l’état civil des conjoints à la mairie du lieu du mariage.

Si un enfant des conjoints demande à être entendu par le JAF, la convention de divorce doit être homologuée par ce dernier pour produire ses effets.

Bon à savoir :
Le divorce sans juge français sera reconnu dans l’Union européenne à partir de la date d’entrée en vigueur du règlement Bruxelles II ter du Conseil de l’Europe le 1er août 2022.

Points clés à retenir :

  • Pour divorcer à l’amiable d’un conjoint étranger, il faut entamer la procédure de divorce sans juge si aucun enfant mineur des conjoints ne veut être auditionné par le juge ;
  • L’homologation de la convention de divorce par le juge est nécessaire si un enfant mineur des époux demande à être entendu par le JAF.

Mariage à l’étranger et divorce en France : qu’en est-il de la procédure ?

Hormis le cas du divorce sans juge, le divorce est soumis au contrôle du juge. Afin de déterminer la compétence des tribunaux français pour rompre un mariage à l’étranger, il faut distinguer les deux cas de cette liste :

  • L’un ou les époux souhaitant divorcer sont des Français : les juridictions françaises sont compétentes pour prononcer le divorce ;
  • Les époux sont des étrangers : les tribunaux français sont compétents pour régler le divorce si l’un ou les conjoints résident habituellement sur le territoire français.

Points clés à retenir :

  • En cas de mariage à l’étranger, le divorce peut être réglé par un tribunal français si au moins l’un des époux est Français ;
  • Si les conjoints sont de nationalité étrangère, la compétence des juridictions françaises est conditionnée par la résidence habituelle des époux sur le territoire français.

Pour conclure, la procédure de divorce à l’amiable a été simplifiée. Toutefois, la simplification peut poser un problème aux personnes ayant une double nationalité ou étrangères.