En cas de licenciement, qu’il s’agisse d’un licenciement économique, pour faute grave ou encore pour inaptitude, l’employeur est soumis au respect de règles précises. La convocation à un entretien préalable fait partie de la procédure à suivre. Votre employeur vous a convoqué à un entretien préalable de licenciement et vous ne savez pas à quoi vous entendre ou dire ? Lisez cet article pour avoir une idée de ce qui vous attend et de ce que vous pouvez dire lors d’un entretien préalable de licenciement. Vous pouvez faire appel à un avocat spécialisé en Droit du travail pour vous conseiller.
Alt=Que dire lors d’un entretien préalable de licenciement ?"

Zoom sur l’entretien préalable de licenciement

Lorsqu’un employeur envisage de mettre fin au contrat de travail de son employé, il doit suivre une procédure stricte. L’envoi d’une convocation à un entretien préalable en fait partie. La convocation prend la forme d’une lettre envoyée au salarié par courrier recommandé ou remise en main propre contre décharge. Cette convocation doit porter les mentions citées dans la liste suivante :

  • L’objet de l’entretien, c’est-à-dire le licenciement ;
  • La date, l’heure et le lieu de l’entretien ;
  • La mention que le salarié a la possibilité de se faire assister durant l’entretien.

À noter
Dans le cas où l’une des mentions est absente, la procédure de licenciement peut être considérée comme irrégulière.

Qui peut assister à un entretien préalable de licenciement ?

Dans la convocation, l’employeur doit rappeler que « le salarié peut se faire assister pour cet entretien par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise ou en l’absence d’institutions représentatives dans l’entreprise, par un conseiller du salarié ».
L’autorité administrative délivre une liste des personnes pouvant être choisies comme conseiller du salarié. L’employeur doit aussi préciser dans la convocation l’adresse des services où le salarié peut consulter cette liste. Généralement, la liste peut être consultée au bureau de l’inspection du travail, à la mairie ou à la DIRECCTE.

À noter
La procédure peut être considérée comme irrégulière si l’employeur ne mentionne pas au moins une des adresses où le salarié peut consulter de ceux qui peuvent l’assister en tant que conseiller.

Que dire pendant l’entretien préalable de licenciement ?

Le salarié a droit à la parole lors de l’entretien préalable. Il peut expliquer en toute liberté son point de vue concernant la situation. D’ailleurs, il est conseillé de s’expliquer pour permettre à l’employeur de comprendre la situation et de prendre une décision justifiée.
Du côté de l’employeur, tous les faits reprochés pouvant être utilisés comme motif de licenciement doivent être énoncés lors de l’entretien. En effet, il sera impossible d’en ajouter après l’entretien préalable. Par ailleurs, l’employeur ne peut pas décider du licenciement ni remettre une lettre de licenciement pendant l’entretien. Il doit respecter les délais légaux pour remettre la lettre de licenciement.
En résumé, l’entretien préalable fait partie de la procédure dans le cas d’un licenciement. L’employeur y expose les faits reprochés au salarié justifiant un éventuel licenciement. Toutefois, il ne doit pas encore statuer sur sa décision lors de l’entretien préalable. Le salarié est tout à fait libre de s’exprimer durant l’entrevue et de se faire assister.