La violence conjugale est un fléau auquel il est possible de mettre fin grâce aux recours et mesures d’accompagnement des victimes qui sont plus accessibles depuis le confinement. Victime de violences conjugales en temps de confinement? Contactez un avocat en droit pénal pour vous sauver de l’emprise de votre bourreau. En hausse continue, le nombre de cas de violences au sein du couple en France est-il dû à la crise ou à la possibilité pour les victimes de briser le silence ? Éléments de réponse.

En résumé infographie : Télécharger le PDF

Alt=

Chiffres sur les violences faites par les hommes vs faites par des femmes

La violence au sein du couple n’affecte pas seulement les hommes. En effet, les femmes sont aussi nombreuses à être à l’origine de la violence conjugale. En 2019, une enquête menée sur la période entre 2011 à 2018 a dénombré 405 000 personnes victimes de violences conjugales. Ci-dessous une liste comparative des nombres de cas entre les deux sexes :

  • 72 % des victimes sont des femmes de 18 à 76 ans, soit 213 000 femmes ;
  • 28 % sont des victimes sont des hommes, soit près de 82 000 ;
  • 146 femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2019 ;
  • 28 hommes ont été tués par leur conjointe ou ex-conjointe ;
  • 31 femmes ont ôté la vie de leur conjoint ou ex-conjoint, 3 de ces homicides sont survenus au sein de couples lesbiens.
Alt="Violences-par-hommes-vs-femmes"
Bon à savoir:
Les rapports d’enquête ont démontré que les femmes âgées de 41 à 45 ans sont les plus concernées par le féminicide. Dans 31,8 % des cas, le mode opératoire est l’arme à feu, 31,30 % pour l’arme blanche, et seulement 7 % pour les coups.

Nombre de cas de violences en France

En 2019, les faits de violences conjugales en France ont augmenté de 16 % et font état de 142 310 victimes, tous sexes confondus. Ci-dessous une liste récapitulative des statistiques :

  • En moyenne, 88 % des victimes sont des femmes, soit 125 840 ;
  • 173 homicides conjugaux ont été enregistrés, dont 146 féminicides commis par un partenaire ou ex-partenaire (25 de plus qu’en 2018) ;
  • 47,7 % des homicides conjugaux ont été commis au sein de couples mariés, et 22,1 % au sein de couples en concubinage ;
  • 41 % des femmes décédées avaient déjà été victimes de violences ;
  • Sur 4400 plaintes, 98 % ont été déposées par des femmes ;
  • 3 % des cas de plaintes sont relatifs à un viol ou une agression sexuelle ;
  • 1 746 faits d’outrages sexistes ont été signalés aux autorités, dont 1004 entre le 1er août 2019 et le 31 juillet 2020 ;
  • 25 enfants sont victimes de dommages collatéraux, tués par un parent dans le cadre de la violence au sein du couple.
Alt="Nombre de cas de violences"
Bon à savoir:
Les rapports d’enquête ont démontré que les femmes âgées de 41 à 45 ans sont les plus concernées par le féminicide. Dans 31,8 % des cas, le mode opératoire est l’arme à feu, 31,30 % pour l’arme blanche, et seulement 7 % pour les coups.

Comment reconnaître la violence conjugale ?

La violence conjugale peut être physique, psychique ou sexuelle. Pour être avéré, le lien sentimental entre l’auteur et la victime doit exister, et ce, même après le divorce ou la séparation. Il s’agit d’une infraction punie par la loi, c’est un fait, mais encore faut-il savoir reconnaître la violence conjugale pour agir. Ci-dessous une liste de signes qui peuvent alerter :

  • L’isolement ;
  • La peur ;
  • Les critiques répétées ;
  • Le contrôle abusif ;
  • La domination ;
  • L’abus de pouvoir ;
  • L’emprise ;
  • La culpabilisation ;
  • L’humiliation ;
  • Les coups ;
  • Les menaces ;
  • Etc.

Alt="Identification violence conjugale"

Concrètement, la violence physique existe lorsque le conjoint ou l’ex-conjoint violent oblige sa victime à se soumettre et que celle-ci a du mal à en parler. Cette violence au sein du couple s’aggrave en cas de résistance.

Nombre de cas avant la crise sanitaire VS depuis la crise sanitaire

Selon Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, le nombre de signalements de violences conjugales a augmenté de 60 % durant le second confinement, contre une hausse de 40 % au cours du premier. En effet, le service d’écoute des victimes de violences conjugales 3919 a reçu 400 % appels en plus qu’avant le confinement, soit 20 000 signalements en 2 ans. Toujours selon la ministre, la crise économique et sociale a créé des tensions fortes, avec peu de moyens de décompression malgré un deuxième confinement moins rigoureux. Pour la MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains), cette augmentation accrue du nombre de signalements n’est pas forcément révélatrice d’une hausse des cas de violences au sein du couple. La Mission estime que les victimes ont pu davantage se manifester grâce aux dispositifs de signalement et de lutte contre les violences mis à leur disposition durant la crise sanitaire.

Alt="Cas de violence depuis la crise sanitaire"

Comment faire pour quitter son mari violent : les recours

Il existe de nombreux recours aux violences conjugales, particulièrement en ces temps de confinement. Voici la liste des numéros d’urgence que vous pouvez appeler :

  • Appeler le 3919, un numéro d’écoute national gratuit qui prend en charge les personnes vulnérables, en situation de précarité, les femmes en situation de handicap et non francophones ;
  • Envoyer un SMS au 114, une cellule spécialisée mise en place pour venir en aide aux femmes violentées par leur conjoint ;
  • Le 112 ou le 17, qui permet de joindre la police en cas d’urgence ;
  • Faire un signalement en pharmacie en utilisant le mot code « masque 19 » en cas d’impossibilité de parler ouvertement.

Alt="Les recours contre un conjoint violent"

Enfin, vous pouvez porter plainte contre votre conjoint en vous rendant au commissariat de police ou à la gendarmerie. Si vous ne souhaitez pas porter plainte tout de suite, vous pouvez aussi déposer une main courante.

Bon à savoir:
Sachez que la loi vous autorise à quitter le domicile conjugal en cas de danger imminent. Vous pouvez appeler le 3919 pour demander une course gratuite Uber pour vous déplacer. Si vous n’avez nulle part où aller, vous pouvez également vous rendre auprès des associations d’aide à la victime en contactant le 3919, ou profiter des nuitées d’hôtel gratuites pour femmes violentées.

Pour conclure, la violence conjugale est un fléau. La crise sanitaire est un élément déclencheur, mais d’une certaine manière, le confinement a aussi permis aux victimes de libérer leur parole grâce aux nombreux moyens de signalement mis en place. Si vous connaissez ou soupçonnez une personne victime de violence conjugale, n’hésitez pas à alerter les autorités ou à contacter un avocat en droit pénal pour prendre conseil.

Télécharger le PDF