Pour le lancement de votre entreprise, vous avez opté pour le statut d’auto-entrepreneur ? Excellent choix ! Les auto-entreprises bénéficient de nombreux avantages en France comparées aux autres formes d’entreprises. Les démarches administratives sont simplifiées en plus de charges sociales et fiscales plus allégées. Par ailleurs, pour cette année 2022, la loi de finances apporte son lot d’avantages, à savoir l’augmentation des plafonds d’exonération lors des transmissions des micro-entreprises et le doublement du crédit d’impôt pour la formation des chefs d’entreprises. Quels sont les seuils des chiffres d’affaires des auto-entrepreneurs en 2022 ? Quelles sont les mesures économiques et sociales pour les auto-entrepreneurs ? Pour créer votre entreprise dans les règles, bénéficiez de l’aide d’un avocat spécialisé en droit des sociétés ou un avocat spécialisé en Auto-entrepreneur. Quelles sont les charges sociales et fiscales de l’auto-entrepreneur ? Les auto-entrepreneurs payent-ils l’impôt sur le revenu ? Quelles sont les protections sociales octroyées ? Quelle aide pour les créateurs des micro-entreprises ?

Statut auto-entrepreneur en France

À RETENIR : Quels sont les avantages du statut Auto-Entrepreneur en France ?

Le statut d’auto-entrepreneur bénéficie de nombreux avantages en France, notamment des démarches administratives simplifiées ainsi que des charges sociales et fiscales allégées. La loi de finances 2022 permet également l’augmentation des plafonds d’exonération lors des transmissions des micro-entreprises ainsi que le doublement du crédit d’impôt pour la formation des chefs d’entreprises.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon Avocat

Vous avez opté pour le statut d’auto-entrepreneur ? Lisez ce qui suit pour en savoir plus !

Quels sont les seuils des chiffres d’affaires (CA) des auto-entrepreneurs en 2022 ?

Le statut d’auto-entrepreneur, également appelé « micro-entreprise », est caractérisé par des démarches administratives, sociales et fiscales simplifiées. Instauré par la loi de modernisation de l’économie du 4 aout 2008, ce régime juridique permet à tous d’exercer une activité indépendante à titre principal ou secondaire.

Pour créer une auto-entreprise, vous devrez respecter les conditions de la liste suivante :

  • être résident(e) en France ;
  • être une personne physique ;
  • être majeur(e) ou être mineur(e) émancipé(e) ;
  • être de nationalité française ;
  • avoir une capacité juridique ou une capacité à exercer vos droits librement sans représentant ;
  • ne pas avoir fait l’objet d’une interdiction d’exercer ou de gérer une activité ;
  • être un travailleur indépendant ou un(e) salarié(e) ;
  • détenir la qualification ou l’expérience nécessaire pour exercer certaines professions.

Par ailleurs, pour profiter des avantages fiscaux octroyés aux auto-entreprises, vous devez présenter un chiffre d’affaires (CA) supérieur au plafond imposé. Pour 2022, il s’établit aux montants de la liste suivante :

  • 176 000 € pour les activités de commerce ou de fourniture de logement ;
  • 72 600 € pour les professions libérales et les prestations de service.
Bon à savoir :
Le dépassement du plafond du CA conduit l’entreprise vers le régime social de l’entreprise individuelle.

Points clés à retenir :

  • 176 000 € pour les activités de vente et de fourniture de logement.
  • 72 600 € pour les professions libérales et les prestations de service.

Quelles sont les mesures économiques et sociales pour les auto-entrepreneurs en 2022 ?

La loi de finances pour 2022 prévoit les mesures de la liste suivante :

Un rallongement du délai pour choisir le régime d’imposition

Si votre micro-entreprise est inscrite sous le régime micro-BIC, vous avez jusqu’à la date limite du dépôt de la déclaration des revenus pour choisir votre régime réel d’imposition, soit entre les mois de mai ou juin.

Une hausse des plafonds d’exonération lors des transmissions des micro-entreprises

Auparavant, un auto-entrepreneur qui cédait son fonds de commerce et qui en tirait une plus-value jouissait d’un abattement fiscal si le fonds en question était inférieur à 300 000 €. S’il variait entre 300 000 € et 500 000 €, l’auto-entrepreneur bénéficiait d’une exonération partielle. À présent, la loi de finances modifie cette fourchette à 500 000 € et 1 000 000 €.

Une possibilité de versement libératoire

Pour faciliter le versement de votre impôt sur le revenu, la loi de finances 2022 vous permet de le payer en temps réel, c’est-à-dire de réaliser le paiement lorsque vous effectuez la déclaration de votre CA et le versement de vos cotisations sociales. Selon votre choix, cette démarche peut se faire tous les mois ou tous les trimestres.

Points clés à retenir :

  • Un rallongement du délai pour choisir son régime d’imposition.
  • Une augmentation des plafonds d’exonération lors des transmissions des micro-entreprises.

Quelles sont les charges sociales et fiscales de l’auto-entrepreneur ?

Chaque auto-entrepreneur est tenu de verser mensuellement ou trimestriellement ses cotisations sociales auprès de l’URSSAF. La somme due varie en fonction du CA de l’entreprise. Elle est calculée à la base des taux de la liste suivante :

  • 12,8 % du CA pour les activités d’achat, de revente et d’hébergement ;
  • 22 % du CA pour les professions libérales non réglementées, pour les prestations de services artisanaux ou commerciaux ;
  • 22,2 % du CA pour les activités libérales issues du Cipav au titre de l’assurance vieillesse.

En plus des cotisations sociales, les micro-entreprises doivent contribuer aux charges de la liste suivante :

  • La contribution à la formation ;
  • Le versement libératoire de l’impôt sur le revenu.
Bon à savoir :

Les micro-entreprises sont exonérées de la TVA si leur CA ne dépasse pas les seuils de la liste suivante :

  • 34 400 € pour les prestations de services (un seuil de tolérance de 36 500 € pour la 1re année de dépassement) ;
  • 85 800 € pour les prestations de vente (un seuil de tolérance de 94 300 €).

Points clés à retenir :

  • Les cotisations sociales de 12,8 %, 22 % ou 22,2 % du CA de l’entreprise.
  • La contribution à la formation et l’impôt sur le revenu.

Les auto-entrepreneurs payent-ils l’impôt sur le revenu ?

Les auto-entreprises sont soumises à l’impôt sur le revenu sur leur CA à titre de bénéfices non-commerciaux (BNC) ou de bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Pour ce faire, si vous optez pour le versement libératoire, les taux applicables sont ceux de la liste suivante :

    • 1 % pour les activités de vente et de fourniture de logement ;
    • 1,7 % pour les prestations de services ;
    • 2,2 % pour les activités générant des BNC.

Les CA perçus passent par un abattement avant d’être imposés à ces taux.

Bon à savoir :
Si le CA de l’auto-entreprise dépasse les plafonds exigés, il sera imposé au régime réel.

Par ailleurs, en substitution à la taxe professionnelle, les micro-entreprises doivent également payer la CFE ou la cotisation foncière des entreprises. Cet impôt local est imposé aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers exerçant des activités professionnelles non-salariées, dont les auto-entrepreneurs. Il est à verser annuellement auprès de la commune dans laquelle vous exercez votre activité. Le mode de calcul de l’impôt varie en fonction du type de local occupé (un local professionnel ou un exercice à domicile).

Points clés à retenir :

  • Les auto-entrepreneurs payent l’impôt sur le revenu.
  • La cotisation foncière des entreprises est également à payer auprès de la commune.

Quelles sont les protections sociales octroyées aux auto-entrepreneurs ?

Depuis le 1er novembre 2019, les auto-entrepreneurs peuvent prétendre à l’Allocation chômage des Travailleurs indépendants ou l’ATI. Cette aide de 800 € est octroyée par Pôle Emploi sous certaines conditions.

En voici la liste :

Les micro-entrepreneurs peuvent également prétendre aux droits à la retraite. Le montant de la pension varie en fonction des CA que vous avez perçus lors de vos années d’exercices et de vos cotisations. Les organismes chargés d’assurer ce droit sont ceux de la liste suivante :

  • La sécurité des indépendants (SSI) pour les artisans, les commerçants et les professions libérales non réglementée ;
  • La caisse interprofessionnelle des professions libérales (Cipav) pour les professions libérales réglementées.
Bon à savoir :
Selon le droit de communication des organismes de sécurité sociale, à partir de 2022, les agents de contrôle ont le droit de réclamer les documents divers par voie dématérialisée, ce qui facilite les contrôles.

Points clés à retenir

  • L’Allocation chômage des Travailleurs indépendants.
  • Les droits à la retraite.

Quelle aide pour les créateurs des micro-entreprises en 2022 ?

La loi de finances 2022 a doublé le montant du crédit d’impôt pour la formation octroyé aux chefs d’entreprises des auto-entrepreneurs. Pour en profiter, vous devez répondre aux conditions de la liste suivante :

  • L’effectif des salariés est de moins de 10 ;
  • Le CA ou le total de bilan est en dessous de 2 000 000 €.

Par ailleurs, l’Acre (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises) est une aide octroyée aux auto-entrepreneurs durant la première année de lancement de leur activité. Elle se présente sous forme d’exonération de 50 % sur les cotisations sociales. Les conditions imposées pour la percevoir sont celles de la liste suivante :

  • Votre CA est inférieur à 41 136 € ;
  • Votre entreprise est dans une situation précaire.
Bon à savoir :
La demande de l’Acre se fait pendant la déclaration de votre activité via le formulaire « demande de l’Acre pour les auto-entrepreneurs ». Sinon, vous pourrez toujours réaliser la demande dans les 45 jours qui suivent la création de votre entreprise.

Points clés à retenir

  • Le crédit d’impôt pour la formation pour les chefs d’entreprises.
  • L’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises pour les entreprises en phase de lancement.

Pour conclure, le statut d’auto-entrepreneur en France présente de nombreux avantages, notamment des charges sociales allégées et l’exonération à la TVA. La loi de finances 2022 apporte également des nouveautés, notamment le doublement du crédit d’impôt pour la formation des chefs d’entreprises. Intéressé par le statut d’auto-entrepreneur, vous souhaitez en connaitre davantage sur les procédures de création d’une auto-entreprise ? Laissez nos avocats spécialisés en droit des sociétés vous accompagner dans les démarches !